Peut-on garder un loup comme animal de compagnie ?

Le loup est un animal non domestique, dont on connaît plusieurs sous-espèces présentes dans l’hémisphère nord. Canis lupus est une espèce sauvage qui est classée comme animal dangereux par l’arrêté du 21 novembre 1997. En loup appartient à la faune sauvage française. En France, il faut donc disposer d’autorisations particulières pour garder un loup en captivité. Les principales autorisations sont le certificat de capacité pour l’élevage d’animaux non domestiques et l’autorisation d’ouverture d’établissement. Ces permis, délivré par la préfecture, sont nécessaires dès le premier individu gardé et même si :

  • on souhaite profiter de ces animaux à titre privé
  • et qu’aucun élevage à but lucratif n’est entrepris

Vous devez être titulaire de ces autorisation avant de pouvoir recevoir des loups dans votre établissement d’élevage.

Quelles sont les conditions de captivité à réunir

Garder des loups est difficilement comparable avec la possession de chiens. Car les loups de sont pas des animaux de compagnie. Voici pourquoi.

Conserver des interactions entre individus

Les loups sont des animaux carnivores qui vivent au sein de groupes hiérarchisés. Un couple dominant, que l’on nomme couple alpha est à la tête de chaque meute. Pour garder des animaux dans de bonnes conditions, il est impératif de pouvoir maintenir ces comportements issus d’interactions entre congénères.

Un loup ne doit pas être gardé seul. Car vous ne serez pas en mesure – en tant d’être humain – de lui offrir les stimulations sociales dont il a besoin. Quand bien même vous restez toute la journée avec lui.

Des installations de grande dimension

Les loups sont des animaux très actifs. Ils ont donc besoin d’espace. Leur enclos doit couvrir une grande surface. Il est donc impossible d’offrir de bonnes conditions de captivité à des animaux que l’on garde en intérieur ou dans un jardin de pavillon. Certains parcs zoologiques gardent encore des loups dans des enclos de moins de 1000 mètres carrés. Ce qui n’est pas profitable pour les animaux. Les parcs zoologiques dont les enclos sont les mieux adaptés créaient des espaces de plus d’un hectare par meute, soit 10 000 mètres carrés.

En plus de la surface offerte aux loups, il faut que leur enclos soit correctement aménagé. Bien que les loups vivent en groupe, certains individus doivent pouvoir se soustraire de la vue des autres en ce cachant. Il faut donc créer des reliefs, mais aussi des abris. Il en va de même lorsque ces animaux sont exposés au regard des personnes. Car sans possibilité de se soustraire à la vue du public, les animaux sont en état de stress quasi-permanent.

Une alimentation adaptée

Les loups sont des mammifères carnivores. Ils doivent recevoir des aliments qui répondent à leurs besoins physiologiques. Il existe des entreprises qui proposent des animaux pour les carnivores gardés par des particuliers et les parcs zoologiques. Mais sachez que l’alimentation d’une meute de loup à un coup important. Vos revenus doivent permettre d’alimenter vos animaux sans restriction.

Les aliments doivent être stocké dans un endroit qui leur est consacré. Il faut au moins prévoir un congélateur, un réfrigérateur pour la décongélation de la viande et un espace suffisant pour la découpe.

Un programme d’enrichissement du milieu

Comme tous les mammifères carnivores et à la manière des félins, les loups explorent leur territoire à la recherche de nourriture. Pour stimuler ce comportement, il est important de mettre en place des enrichissements du milieu. Les animaux qui ne sont pas stimulés suffisamment développent des comportements anormaux, dont le plus connu est une stéréotypie. Les animaux arpentent les mêmes parcours continuellement.

Ces enrichissements sont apportés quotidiennement. Ils doivent être renouvelés pour ne pas créer de lassitude et continuer d’occuper les animaux. Mettre en place de bons enrichissement demande de bonnes connaissances dans l’écologie des canidés. Il faut aussi garantir la sécurité des animaux et des personnes, car un enrichissement mal pensé ou conçu peut blesser ou tuer.

Une bonne gestion du cheptel

Pour débuter l’élevage des loups, il est nécessaire de faire l’acquisition d’individus au près d’un éleveur ou d’un parc animalier, qui dispose des autorisations administratives adéquates. Mais les parcs animaliers cèdent rarement des animaux aux particuliers. Le plus important est de vous assurer de l’origine licite des animaux.

Dans de bonnes conditions de captivité, les loups se reproduisent facilement. L’éleveur doit donc être en mesure de s’occuper correctement des animaux qui viendront à naître. S’il ne dispose pas de place suffisante, il doit s’assurer qu’un autre élevage ou parc animalier souhaite recevoir le surplus d’animaux nés. Sachez que les loups ne manquent pas en captivité et que vous aurez des difficultés pour trouver un établissement d’accueil. Ne comptez pas non plus sur les refuges qui sont déjà saturés.

Dans tous les cas, vous ne pouvez vous dérober face aux nombreuses difficultés et vous êtes seul responsable de votre animal. Les zoos et les refuges n’ont pas pour vocation à prendre le relai d’une expérience ratée.

Bien souvent, il sera nécessaire de mettre en place des méthodes de contrôle de la natalité. Les animaux peuvent recevoir un traitement contraceptif ou bien être stérilisés.

Des soins vétérinaires réguliers

Ceci nous amène aux soins vétérinaires. Peu de vétérinaires ont une expérience régulière avec les carnivores non domestiques, comme les loups. Bien que physiologiquement très proches des chiens, les loups sont des animaux qui peuvent être difficiles à maîtriser. Le vétérinaire doit être en confiance durant la contention. Et vous devez être capable de l’aider en capturant l’animal qui devra être examiné. La mise en place d’un entraînement médical peut simplifier ces manipulations, mais demander un temps de dressage très long.

Le vétérinaire il devra s’occuper de plusieurs actes durant la vie d’un animal : pose d’une puce électronique, vaccination, visite médicale, prescription des vermifuges… Il faut donc contacter un professionnel de la santé animale avant d’acquérir des animaux. Pour s’assurer de ses compétences et de ses capacités à recevoir dans sa clinique vétérinaire un loup. Mais aussi sur ces possibilités de consulter à domicile.

Encore une fois, nous vous avertissons sur les frais importants que représente l’élevage d’animaux non domestiques. Car même s’ils sont gardés dans de bonnes conditions de captivité, des maladies peuvent se déclarer. Des animaux peuvent se battre et l’intervention rapide d’un vétérinaire est alors nécessaire. Ce type d’acte plusieurs centaines d’euros, si l’on compte de l’intervention chirurgicale et les traitements médicamenteux qui vous suivre.

Comment se former à l’élevage des loups ?

Si vous souhaitez en apprendre davantage sur les loups, leurs comportements et sur les conditions de captivité à mettre en place pour assurer le bien-être de ces animaux, vous devez effectuer des stages dans des établissements zoologiques reconnus. Citons :

Vous pouvez aussi suivre notre formation généraliste Préparation soigneur animalier, afin de mieux comprendre le fonctionnement d’un parc zoologique et le métier du soigneur animalier. Cette formation à distance et par visioconférence apporte les fondamentaux de l’élevage des animaux en captivité.

En suivant des stages et en vous formant, il vous sera alors facile de comprendre les besoins fondamentaux de ces animaux, mais aussi d’évaluer le temps nécessaire pour s’occuper correctement d’un groupe de loup. Sans oublier les frais que cela va engendrez tout au long de l’année.

Pour résumer

Les animaux non domestiques attirent de plus en plus de personnes. S’il est normal de se passionner pour des espèces comme le loup, il faut garder à l’esprit que la détention dans de bonnes conditions est très difficile à réaliser pour un particulier. En dehors de quelques élevages privés, la détention des loups en captivité n’est possible que dans certains parcs zoologiques.

Le loup n’est pas un animal domesticable. Il vît naturellement en meute et ne peut pas s’adapter à l’Homme, comme cela est possible avec un chien. Il n’est pas possible d’offrir de bonnes conditions à un loup que l’on garde dans un appartement ou dans une maison. De plus, cet animal en situation de stress est potentiellement dangereux. Enfin, la détention en captivité est soumise des autorisations administratives. En France, vous devez être titulaire d’un certificat de capacité et d’une autorisation d’ouverture d’établissement.